Artistes

photo

Manu Lanvin & the Devil Blues

MANU LANVIN
Pix by jym-factory.com

 

MANU LANVIN (AND THE DEVIL BLUES)

Avec cinq albums à son actif ( «Venir au Monde» «Les Temps Mauvais» «Faible Humain» «Mauvais Casting» « Sons of the Blues » ) et de nombreuses collaborations artistiques déterminantes comme avec Calvin Russell, Neal Black et Paul Personne. Manu Lanvin, chanteur et guitariste émérite s’est frayé une place incontournable dans le paysage du blues rock français. 

En 2009, il co-écrit, produit et réalise « Dawg Eat Dawg », le dernier album du chanteur texan Calvin Russell.  Encouragé par son mentor, Manu se lance corps et âme dans un blues urbain et électrique qui lui colle aux chaussures depuis des années et livre en 2012 «Mauvais Casting» un album tellement abouti qu’il lui ouvre les portes de plus de 120 dates de concerts sur l’année 2013 dont des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis ( L’Olympia, L’Apollo Theater, le Montreux Jazz festival, le Cahors Blues Festival,…)

 C’est d’ailleurs sur la scène du Montreux Jazz Festival en Juillet 2012, que Manu Lanvin se fait remarquer par son fondateur, Claude Nobs, mais aussi par Quincy Jones qui lui proposent de venir jouer aux galas de la Jazz Foundation of America ayant lieu chaque année à New-york.

Sélectionné par les membres du réseau France Blues, Manu Lanvin s’envole pour Memphis en janvier 2014 pour y représenter la France lors de l’International Blues Challenge de Memphis. Ce retour aux sources ( cf clip vidéo « Sur la Route Sixty One ») conjugué à l’émulation de la scène musicale de Beale Street nourrissent l’expérience d’un cinquième album : SONS OF THE BLUES.

C’est incontestablement la collaboration avec le célèbre texan Calvin Russell pour lequel il co-écrit, produit et réalise en 2009 l’album testament Dawg Eat Dawg qui aura été le déclencheur de cette nouvelle orientation puisque depuis son album Mauvais Casting en 2012, les événements s'enchaînent à un rythme effréné pour notre Bluesman National.

Cent vingt dates de concerts en 2013 avec des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis (L’Olympia, L’Apollo Theater, le Montreux Jazz Festival, le Cahors Blues Festival, etc…), une invitation de Claude Nobs et de Quincy Jones à venir se produire au Galas de la Jazz Foundation à New-York.

Salué par ses pairs, acclamé par un public de plus en plus nombreux aux concerts du « Diable », Manu Lanvin et son power trio le Devil Blues délivrent aujourd’hui un nouvel album, (2016) Blues, Booze & Rock ‘N’ Roll encore plus Rock, plus fuzzy que ses prédécesseurs. 

Entouré de son trio fétiche, Manu s’offre également quelques invités sur l’album comme il le fait parfois en tournée pour donner des teintes différentes à ses chansons. Trois titres co-écrits avec Neal Black, sept de plus en collaboration avec son fidèle ami Ezra Brass, c’est finalement un recueil de douze titres originaux que nous dévoile Manu, titres qui se teintent non pas du Blues mais bel et bien de tous les Blues, de celui du Texas à celui de Chicago, du Mississippi ou encore de la West Coast. Blues, Booze & Rock ‘N’ Roll pourrait très vite devenir l’hymne de toute une famille Blues Rock qui accueille aujourd’hui Manu comme l’un de ses meilleurs représentants.

Réalisé par Nikko Bonnière, mixé par le british Clive Martin à Paris et masterisé par Brian Lucey ( Ref. Black Keys) à Los Angeles, Blues, Booze & Rock ‘N’ Roll se veut à la fois un portrait sans fioriture d’un artiste à deux facettes, celle d’un Bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie, mais aussi et surtout celle d’un rocker optimiste qui prône la musique du diable pour un monde meilleur.

 

 

Chargement en cours...